Photo credit
Marc Périard

Biography

Clara Lagacé est l’autrice du recueil de poésie En cale sèche (David; Prix Jacques-Poirier Outaouais 2018) et du roman Les départs (David, 2022). Elle a également co-réalisé trois œuvres littéraires audio : Poule mouillée (Radio-Hull, 2020), La douceur n’est jamais loin (Mois de la poésie, 2021) et Les envolées (2021). Dans son travail, elle s’intéresse au rapport au lieu et à l’inscription symbolique de Gatineau, sa ville d’origine et de résidence, ainsi qu’au désir d’appartenance.

Micro-interview

Did you read poetry when you were in high school? Is there a particular poem that you loved when you were a teenager?

Au primaire, je me souviens d’avoir appris certains poèmes d’Émile Nelligan par cœur pour un examen oral et de les avoir récités devant la classe sans trop trembler, et au secondaire souvenir d’avoir fait un exposé sur « Les voyelles » d’Arthur Rimbaud en échange d’un bien piètre résultat comme j’avais déjà un tic de langage qui continue de me hanter… « fait que ». À peu près en même temps, mon père m’a fait découvrir les vers drôles de Jacques Prévert. J’ai lu et relu le recueil Paroles durant ces années. En écrivant ceci, je me rends compte que les modèles de poétesses et de contemporain.e.s faisaient défaut et ce, même durant le Cégep. Ce n’est qu’à l’université que j’ai rencontré les mots de Dorothy Livesay, Erin Mouré et autres poétesses canadiennes, ainsi que les vers de Marie Uguay, encore une fois cadeau de mon père.

When did you first start writing poetry? And then when did you start thinking of yourself as a poet?

J’ai commencé à écrire de la poésie d’abord en anglais — ma langue maternelle — durant mes études de premier cycle à l’université. J’ai rejoint le comité de rédaction d’une revue étudiante, une gang de gens vraiment sympathiques, et je me suis lancé dans l’aventure d’écrire et de réfléchir aux mots plus sérieusement. C’était exaltant ! Avant et toujours, il y a eu l’écriture et la lecture. À sept ans, j’affirmais déjà à ma famille que je serais autrice.

What do you think a poet’s “job” is?

C’est le travail de modeler verbes, vers et sons pour faire advenir lumière et persistance. Même si, comme Marie Uguay l’écrit : « Tout poème résiste et une fois écrit meurt d’inexactitude. » 

If you have a poem in our anthology what inspired you to write it?

« l’Outaouais », c’est un poème pour ma petite sœur. Je voulais lui parler de mon rapport amour-haine à Gatineau, cette ville qui nous a vu grandir et qu’on a chacune tôt fait de fuir. Ironiquement, au moment où le poème paraît dans l’anthologie des Voix de la poésie, je viens de rentrer habiter à Gatineau. Et pourtant, je me demande encore souvent, comme dans ce poème : combien d’espace faut-il pour rêver d’ailleurs ?

 

 

If you had to choose one poem to memorize from our anthology, which one would it be?

Je n’arrive pas à choisir entre « Maintenant nous sommes assis » de Marie Uguay et « je n’arrive pas à faire… » d’Erika Soucy. Je vais donc dès maintenant travailler à mémoriser les deux. Uguay cisèle l’ordinaire, Soucy le mythifie cruellement. Chacune m’éblouit davantage avec chaque nouvelle lecture de leurs recueils.

Les poèmes

Publications

Title
En cale sèche
Publisher
David
Date
2017
Publication type
Book
Poem title(s)
becs et ongles
Title
Poèmes de la résistance
Publisher
Prise de parole
Editors
Andrée Lacelle
Date
2019
Publication type
Book
Poem title(s)
Une fois avoir éteint un feu
Title
Projet Terre
Publisher
Éditions David
Editors
Nelson Charest et Michel Thérien
Date
2021
Publication type
Book
Start here: