ÉMOUVANT COLIBRI

C'est chose si petite de pleurer-

L'insignifiance du soleil plombant

Une goutte de pluie pour l'océan

 

C'est chose infime de crier-

L'éclair qui me frappe au sommet

Et tous ces mots qui m'effraient

 

C'est chose trop absurde d'envier-

Les palpitations bohèmes du colibri

Ainsi que l'équilibre touchant d'une poésie

 

Mais c'est chose cruciale d'étouffer-

Les états d'âme futiles qui m'animent

Et les sentiments pourtant légitimes

 

C'est chose supposément simple d'oublier

Et de se soumettre

À la réalité.

 


 

It's such a little thing to weep—

So short a thing to sigh—

And yet—by Trades—the size of these

We men and women die!

Emily Dickinson

 

Poème gagnant au mois d’octobre 2021!

Ce poème fut le gagnant du Prix C’est tout un poème au mois d’octobre 2021. Il s’inspire de l’exercice de création «Un vers pour poursuivre» de Louise Dupré.

Adelle Robillard

Année: 10 / Sec. IV
École Joseph-François-Perreault
Québec, QC

« <p> Accorder une si petite importance au sentiment crucial qu&#39;est la tristesse m&#39;a fait penser &agrave; l&#39;insignifiance qu&#39;on donne aux sentiments procur&eacute;s par les aspects touchants de la nature, et qu&#39;on doit refouler pour vivre au rythme de la soci&eacute;t&eacute;.<br /> &nbsp;</p> <hr /> <p> <em>L&agrave; o&ugrave; le roman est un &eacute;norme coffre au tr&eacute;sor, un po&egrave;me est un tout petit diamant, et le po&egrave;me gagnant de ce mois-ci poss&egrave;de la rare qualit&eacute; d&#39;exprimer, en peu de mots bien choisis, toute une gamme des &eacute;motions qui &eacute;taient v&eacute;hicul&eacute;es dans les textes d&#39;un grand nombre d&#39;autres participantes et participants; ces quelques lignes sont une montagne russe, une s&eacute;rie de coups parfois doux, m&ecirc;me &eacute;th&eacute;r&eacute;s, qui sans attendre deviennent frappants, vivement &eacute;mouvants, sans oublier la chute, la fin du po&egrave;me qui nous ram&egrave;ne les deux pieds sur terre, et dans laquelle, par-del&agrave; l&#39;authenticit&eacute; ind&eacute;niable du souffle de la po&egrave;te qui l&#39;a &eacute;crite, chacune et chacun de nous peut se reconna&icirc;tre; voil&agrave;, un po&egrave;me face auquel on se sent comme si nous aurions pu l&#39;avoir &eacute;crit nous-m&ecirc;mes tellement il nous parle, et pourtant il n&#39;y avait que la po&egrave;te qui pouvait l&#39;&eacute;crire.</em></p> <p> <em>&mdash; Carl Bessette, R&eacute;dacteur du journal VOIX/VOICES 2022</em></p> »

Start here: