Apostrophe

On trouve deux sens: la fonction grammaticale qui marque l’interpellation dans la langue —Ô!— et la figure de style par laquelle une personne ou un objet personnifié est interpellé.

Ton absence résonne en moi (d’après Marina Tsvetaeva)

Comment vas-tu lorsque

tu es au loin.

Comment vont tes mains

et tes lèvres.

Comment va ton souffle.

Comment vont tes gestes paisibles.

Comment vont tes pas vifs.

Comment va ton corps très droit.

Comment ça va sans les qualificatifs —

paisible vif et droit.

 

Les références n’ont plus cours

à force d’aller au plus simple.

Tant de signes jetés — éconduits —

balayés.

j’accède aux profondeurs

je n’y amène personne.

Je viens de t'abattre...

Je viens de t’abattre à la sortie du motel.

Tu es demeuré vivant, mais vieilli ;

des résidus de chlore ornent tes yeux.

Comme si ce n’était pas assez,

j’ai réentendu ta voix blonde :

les chips, la carte routière, les aires de repos,

tout y était.

J’ai déposé trois baisers sur une carcasse d’auto.

Ton fils qui porte mon nom est apparu ;

tu m’as donné un dollar et du sable

froissés par ta salive.

 

Le pompiste verse l’essence dans ma bouche ;

Lettre au Père Falaise

   Tout est blanc au cœur des bois : le vent érode les heures, les anges perdent leurs visages; comme une petite fille revenant des nues, je montre mon corps à la nuit. Je vous le dis, mon Père, ce n’est pas le ciel avec ses cris orphelins qui fera de ma vie un mirador : je ne suis ni une rivière ni une ombre, mais un os de peur, à enfouir sous la mer.

 

Le lac

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges

Start here: