Sous les décombres de la guerre

Je me sens piégé dans le noir

Inébranlables, mes repères sont devenus géologiques

La brume se pose au crépuscule du lendemain

La petite rose est rouge écarlate

La brise amène des effluves de soufre

J’entends encore des sifflements

Sifflements sciant l’air en deux

Sirènes scandant le nom du blessé

Sirènes portant les corps inanimés

L’amour n’est plus de mise

Survie est le nouveau mot d’ordre

S’enfermer dans une bulle orpheline

Espérer un renouveau prochainement

Le bambou docile à mes demandes éphémères

Alimente mon corps en oxygène

Substance devenue indispensable

Qui me permet d’éclaircir mes pensées

Bien qu’elles soient devenues schizophrènes

Oscillant entre clarté et obscurité

De jour en jour

Les nouvelles me poussent à me terrer

Quel désastre survient autour de moi !

Sous l’effet de la violence

L’adrénaline camoufle la peur du néant

Les Humains se figent dans le temps

Pour ne suivre qu’une voie luciférienne

Héritage scarifié

Urbains nous étions

Nomades nous sommes

J’attends la paix du silence

Quand sur une croix de bois

Mon nom sera gravé

Poème gagnant au mois de mars 2022!

Ce poème fut le gagnant du Prix C’est tout un poème au mois de mars 2022. Il s’inspire de l’exercice de création « L’autoportrait prosopagnosique » de
Karianne Trudeau Beaunoyer
.

Évrard Pérès

Année: 11 / Sec. V
École internationale de Montreal
Montréal, QC

« <p> Le po&egrave;me dont je me suis inspir&eacute; m&#39;a permis de cr&eacute;er une ambiance plut&ocirc;t dramatique o&ugrave; le th&egrave;me de la guerre est explicitement expos&eacute; et qui me permet de faire un parall&egrave;le avec les horreurs de la guerre en Ukraine.</p> <div align="center"> <hr align="center" noshade="noshade" size="2" width="100%" /> </div> <p> &laquo; Quel brillant souffle porte ce texte, un plaisir de litt&eacute;rature, mais une commotion d&#39;&eacute;motion! &raquo;&nbsp;</p> <p> &mdash; Carl Bessette, R&eacute;dacteur du journal VOIX/VOICES 2022</p> <p> &nbsp;</p> »

Start here: